Labels > Cam Jazz > Federico Casagrande > Fast Forward

Federico Casagrande

Fast Forward

Cam Jazz CAMJ 7914-5

8052405142719 - Fast Forward - CD

Artists :
Federico Casagrande ( Electric and Acoustic Guitar )
Joe Sanders ( Bass )
Ziv Ravitz ( Drums )
Release date
Apr 28, 2017
Duration
0:56:00

How much creative potential may a jazz trio unlock?  Almost unlimited, if it is fascinating and multifaceted like that led by Federico Casagrande on guitar, who flawlessly works out an intriguing sonic journey.  Nine stages worth exploring, nine original tracks by Casagrande that already hold an appeal during their enlightened, fertile compositional process and are shaped through diverse forms of interaction among the guitar, Joe Sanders’ bass (and double bass) and Ziv Ravitz’s drums. The instrumental intertwining proves beneficial: an actual ad-libbed treasure trove of themes, harmonies and rhythms, an insightful expressive power pursued forcefully and consistently, even in the variety of ensuing moods.  An amazingly passionate, refined acoustic guitar-playing can be listened to in two small gems of artistry, Awakening and Step By Step, the opening and closing tracks, respectively. Between Fast Forward in 7/4 time, that conjures up Led Zeppelin-like rock vibes, and the dreamlike Nantong, in which guitar improvisation is supported by a dense, rolling harmonic and rhythmic background, you will also find seemingly calm tracks with a soft pace but strong harmonic tension. And you may also be surprised by the faint Latin hint in Bozza or the gradually pressing Mixed Feelings.  The common thread in this unique journey is unpredictability: the unpredictability of Jazz played by new generations, an enchanting blend of visionary imagination, with even magnificent passages, and strict musical training.


Recorded in Paris on 3 - 4 July 2016 at Les Studios Saint-Germain
Recording engineer Didier Pouydesseau

Photos by Boris Wilensky

Liner notes by Brian Morton

Reviews

Federico Casagrande Fast Forward

Im Duo mit Enrico Pieranunzi auf “Double Circle” (Camjazz 2015) spielte Casagrande die akustische Gitarre, hier steht er bei einer einzigen Ausnahme – “Step By Step” – mit der elektrischen im Fokus eines hörenswerten Trio-Albums, das sich als Licht-blick in einer von “Rewind” geprägten Zeit ausnimmt. Diese Aufnahmen des italienischen Gitarristen mit dem amerikanischen Bassisten Joe Sanders und dem israelischen Drummer Ziv Ravitz sind gekonnt und inspiriert. Der 2007 am Berklee College of Music mit Höchstnoten ausgezeichnete Casagrande besitzt die Gabe, komplexe Technik in einen Sound der Leichtigkeit zu kleiden. Unter den neun Eigenkompositionen sticht der Titelsong hervor, eine stilvoll inszenierte Verschachtelung von Harmonien und Motiven mit einem schnellen, aber nicht überdrehten Blick nach vorn. Der Blick richtet sich also vorwärts, ohne Hommagen und Reminiszenzen, auch wenn der Einfluss eines John Abercrombie oder Jim Hall manchmal durchzuschimmern scheint. Eine Fülle an reichen Harmonien voller Spannung offenbaren “Unanswered Questions” oder “Sweet Power”, während “Nantong” ein vorwiegend atmosphärisches Erlebnis darstellt, als wäre es auf der akustischen Gitarre gespielt. Diese kompakten Aufnahmen mit überraschenden Momenten sind die akkurate Visitenkarte eines erfrischend innovativen Trios.

20/11/2017Jazz’N’MoreRuedi Ankli
Federico Casagrande FAST FORWARD

Si intitola "Fast Forward" il nuovo disco di Federico Casagrande, un'interessante miscela di stili e sound differenti. L'album si apre con un brano per chitarra fingerstyle sola, Awakening, subito seguito dalla title-track, una composizione in 7/4 con un riff evocativo e sviluppi caratterizzati dall'uso del delay – l'effetto eco – sulla chitarra. Sonorità più morbide come quelle di Unanswered Questions o di Youth Hostel si alternano a brani più funk e rock, come si può ascoltare in Sweet Power, traccia caratterizzata anche da intriganti cambi di atmosfere e begli unisoni di chitarra e contrabbasso. Nantong ripropone ancora un mood malinconico, con un bell'arpeggio basato sulle corde a vuoto, mentre la conclusiva Step By Step vede il chitarrista imbracciare ancora l'acustica, con delle belle parti stoppate in primo piano. Casagrande esprime un fraseggio fluido e particolarmente interessante, ha ottime capacità compositive e i brani, tutti originali firmati da lui, sono congegnati e sviluppati molto bene. Ottimo l'interplay con Sanders e Ravitz, che dialogano costantemente con il leader, esprimendo un playing fantasioso e spesso imprevedibile.

18/8/2017 JazzitEugenio Mirti
Federico Casagrande Fast Forward

Federico Casagrande continue sur sa jolie lancée phonographique. Après un disque inspiré en duo avec son aîné Enrico Pieranunzi, il fait un pas plus loin dans l’affirmation de sa personnalité, à la tête d’un trio de première classe, formé avec le contrebassiste américain Joe Sanders (un modèle du genre, fluide, chantant, précis), et le batteur israélien Ziv Ravitz (complice coloriste et dynamique de Yaron Herman et Shai Maestro), qui s’avère parfaitement en phase avec ses conceptions. Lyrique et délicat, teintant son jeu de discrètes couleurs rock, le guitariste italien d’une virtuosité sans vanité conserve en permanence de la douceur dans son phrasé, même quand celui-ci se fait urgent. Son disque est un enchantement.

15/6/2017M & CVincent Bessières
Federico Casagrande Fast Forward - 4 stars

Ce n’est que lors de ses récentes apparitions scéniques en solo acoustique que j’ai pleinement pris conscience du talent hors norme de Federico Casagrande. J’en retrouve l’écho dans la plage inaugurale du présent album, Awakening, où notre homme distille sur sa guitare folk un jeu arpégé à la fois intimiste et orchestral, évoquant le Pat Metheny de “One Quiet Night” (2003). Acoustique toujours, mais en trio cette fois, le morceau final Step by Step séduit instantanément par son groove félin aux réminiscences africaines: la preuve que cette bonne vieille gratte sèche est loin d’avoir dit son dernier mot! Pour le reste de l’album, toutefois, notre homme a fait le choix de la guitare électrique, ce qui n’est pas sans susciter en moi une légère frustration. Non que son approche de l’instrument soit quelconque, bien au contraire: il y fait entendre un toucher particulièrement séduisant, une richesse de nuances servant parfaitement un lyrisme volontiers mélancolique. Seulement, noyée dans une réverbération excessive (ce fléau de la guitare jazz contemporaine), filtrée à travers une égalisation tendant à étouffer les fréquences aiguës, la musique semble alors me parvenir presque indirectement, comme si je n’en percevais que l’écho à travers les brumes cotonneuses de quelque rêve. Un choix esthétique? Sans doute. Livre à chacun, dès lors, de préférer l’une ou l’autre facette du jeu de Federico Casagrande ou – pourquoi pas ? – d’embraser les deux avec le même enthousiasme.

31/5/2017Jazz MagazinePascal Rozat
Federico Casagrande - Fast Forward

C'est avec quelques mois de retard que je découvre le dernier opus baptisé "Fast Forward" du guitariste italien Federico Casagrande, musicien installé à Paris depuis déjà pas mal d'années. Remarquable dans "Double Circle" paru en 2015, album élaboré en collaboration avec son compatriote le pianiste Enrico Pieranunzi, le jazzman est apprécié par ses paires pour son touché délicat et poétique, l'invitant régulièrement en tant que guest dans leurs projets, je pense notamment au tout récent "La Mer, La Pierre, La Terre, L'Oiseau" du batteur Srdjan Ivanovic. Sorti officiellement en Octobre 2016, son nouveau disque exprime toute la finesse et le raffinement du maître trévisan accompagné pour l'occasion du bassiste et contrebassiste américain Joe Sanders Wayne Shorter, Joshua Redman, Charles Lloyd, Herbie Hancock, Roy Hargrove,...), disciple de l'immense Christian McBride, et du batteur israélien Ziv Ravitz, compagnon de route de Yaron Herman. Ensemble ils forment un trio équilibré et mesuré, où la sensibilité de chacun s'exprime avec retenue malgré une technique éblouissante. Federico y brille aussi bien à la guitare électrique qu'acoustique, déployant avec classe (et quelques effets) des mélodies subtiles et des harmonies envoutantes définitivement jazz ("Unanswered Questions"), parfois empreintes de sonorités rock ("Fast Forward") et folk ("Awakening"), voire de quelques accents latins ("Bozza" et "Mixed Feelings"). Si l'on devait ne retenir qu'une des 9 pépites de "Fast Forward", il s'agirait alors de la sublime ballade acoustique "Step By Step"...

24/5/2017les-chroniques-de-hikoHiko
Cent huitième étape

Du Barney évoqué ci-dessus au Federico Casagrande à venir ci-dessous, six décades nous contemplent qui virent la guitare passer par tous les états de la création. Nous n’en ferons pas l’histoire ici, on n’a pas que ça à écrire en ce 11 ami 2017 qui vit en 1647 Peter Stuyvesant arriver à la Nouvelle Amsterdam, certainement pipe au bec. Toujours est-il que sur la scène du lyonnais Périscope Ziv Ravitz tenait les fûts et Simon Tailleu, à la contrebasse, remplaçait Joe Sanders qui avait officié sur le disque «Fast Forward» prétexte à cette tournée. C’était d’ailleurs la première date et nous constatâmes que les musiciens sérieux sont toujours prêts, en l’occurrence prêts à en découdre avec l’univers du natif de Trévise qui nous prévint que le nouveau disque serait joué dans son entièreté, ce qui fut fait avec un brio dû pour partie au travail réalisé en amont et, naturellement, au talent des musiciens et à la qualité intrinsèque des compositions. Pour tout dire, Federico Casagrande possède l’âme d’un voyageur au long cours, de ceux qui posent un regard aimant sur l’humanité qu’ils découvrent au hasard de leurs vagabondages. Et cela s’entend en toute occasion dans sa musique, dans les mélodies ouvragées qu’il cisèle autant que dans l’esprit éminemment contemporain qui les parcourt. Aérienne, ancrée dans l’émotion, chaque composition laisse le temps sur le pas de la porte et installe un climat particulier qui porte à la rêverie (de là à dire que le guitariste est un promeneur solitaire…) et s’expose en tableaux successifs autant qu’affectifs (il y a du Mario Rigoni Stern et du Marco Polo dans ses paysages). Ce soir-là, Ziv Ravitz et Simon Tailleu l’accompagnèrent dans la création sonore avec rigueur et inventivité sans jamais se départir de la primordiale écoute qui fait, au final, toujours la différence. Sur ce postulat (définitif), les lignes mélodiques s’entrecroisèrent avec élégance et installèrent la dramaturgie qui sied à cet univers évocateur, poétique, qui ombre la lumière et illumine l’obscur. Beaucoup de musiciens font de la musique avec un talent non négligeable. Nous en croisons ici et là, d’une scène l’autre et passons quelques bons moments en leur compagnie. D’autres sont la musique. C’est comme ça et cela ne nécessite aucune autre explication. Federico Casagrande appartient à cette catégorie réduite d’élus qui tendent à l’universel et auxquels l’on donne nos suffrages sans renâcler. C’est dit.

19/5/2017culturejazz.frYves Dorison
Federico CASAGRANDE : « Fast Forward »

Federico Casagrande est souvent sollicité par ses confrères musiciens et on le retrouve souvent avec ses guitares dans des formations toujours intéressantes (voir plus loin - Blazin’ Quartet). Nous apprécions tout autant de le retrouver en position de leader, en particulier dans ce disque en trio « international » qui met en valeur ses qualités de guitariste, fin mélodiste à la technique assurée. Un disque qui le met vraiment en lumière. À écouter !

8/5/2017culturejazz.frThierry Giard