Labels > Cam Jazz > Michel Reis > Short Stories

Michel Reis

Short Stories

Cam Jazz CAMJ 7953-5

8052405143877 - Short Stories - CD

Artists :
Michel Reis ( Piano )
Release date
Oct 18, 2019
Duration
1:07:00

The Piano Series


Sometimes music is abstract. Sometimes it is purely an invitation to dance. Sometimes it exists to protest against a wrong. And sometimes it exists simply to tell us a story.  Short Stories is the magnificent new solo album from Luxembourg-born pianist Michel Reis, a set of fourteen delicately spun narratives, each with its own colour, setting and direction, each as compelling as the last. Adjectives like “cinematic” routinely attach themselves to jazz impressionism. Reis, though, takes a subtler and more nuanced approach, creating works that combine simplicity with an air of mystery and suspense.  Reis has released trio music on CAM JAZZ already, but this is a chance to hear him in a no less typical setting, in quiet and thoughtful communication with a beautiful piano. His style, influenced by classical music, but still very much in the modern jazz idiom, is open, alert and responsive, respectful to the example of his teachers but now, after ten albums, confidently moving in its own direction.  Settle down and let him tell you a story... (Brian Morton)


Recorded in Cavalicco in February 2019 at Artesuono Recording Studio
Recording engineer Stefano Amerio


Photos by Elisa Caldana


Liner notes by Brian Morton

Reviews

Michel Reis Short Stories

O pianista luxemburguês Michel Reis (n. 1982) tem carreira internacional e 11 álbuns como líder ou co-líder, mas nem sequer os magníficos discos em trio que gravou com os seus compatriotas Marc Demuth e Paul Wiltgen lhe trouxeram alguma notoriedade por estas paragens. Short Stories é o seu segundo álbum em piano solo e prossegue a orientação de Mito (2018), no que respeita ao sabor espontâneo e à atmosfera meditativa, lírica e melancólica. Embora o título aluda a contos curtos, estamos mais perto das entradas de um diário, redigidas por alguém com apurada sensibilidade e sentido de observação. A faixa 8, “Gravity And Lightness” – uma delicada tapeçaria de ondulações e cintilações impresionistas – tem um título que resume bem o espírito do disco.

8/4/2020Time OutJCF
Michel Reis „Short Stories“

Solo-Piano-Einspielungen erfreuen sich derzeit zunehmender Beliebtheit unter Jazzmusikern, weil sie wunderbar vom leidenschaftlichen Monologisieren ablenken können, das der Improvisation eines Solisten innewohnen kann. Allzu häufig wird der Ludovico-Einaudi-Deutung gefolgt, wird Schönklang eingespielt, dem das Etikett „Cineastisch“ anheftet, um gepflegte Langeweile mit einem vermeintlichen Qualitätsmerkmal zu versehen. Der Luxemburger Pianist Michel Reis brennt zum Glück in seinen 14 Kurzgeschichten für die moderne Jazzsprache, die anregt statt sediert. Seine ist keine Musik zum „Runterkommen“, sie fordert Konzentration und belohnt dafür mit reichlich hormonellen Momenten. „Could I See You Again“ ist herrliche Geschwätzigkeit, die trotz lyrischem Mehrwert kontinuierlich Ausschau hält nach einer Mehrzahl metrischer Anknüpfungspunkte. Reis‘ neue Soloeinspielung steckt voller kleiner, elektrisierender Spannungen: offen, aufmerksam und reaktionsschnell.

18/10/2019Aachener NachrichtenML
Michel Reis „Short Stories“

Manchmal ist Musik abstrakt. Manchmal ist es nur eine Einladung zum Tanzen. Manchmal existiert sie, um gegen ein Unrecht zu protestieren. Und manchmal existiert sie einfach, um uns eine Geschichte zu erzählen. Short Stories ist das großartige neue Soloalbum des in Luxemburg geborenen Pianisten Michel Reis, ein Set von vierzehn zart gesponnenen Erzählungen, jede mit ihrer eigenen Farbe, ihrem eigenen Setting und ihrer eigenen Richtung, die jeweils so überzeugend sind wie die anderen. Adjektive wie “cinematic” binden sich routinemäßig an den Jazz-Impressionismus. Reis hingegen verfolgt einen subtileren und nuancierteren Ansatz und schafft Werke, die Einfachheit mit einem Hauch von Geheimnis und Spannung verbinden. Reis hat bereits Trio-Musik auf CAM JAZZ veröffentlicht, aber das ist eine Chance, ihn in einer nicht minder typischen Umgebung zu hören, in ruhiger und aufmerksamer Kommunikation mit einem schönen Klavier. Sein Stil, beeinflusst von klassischer Musik, aber immer noch sehr stark in der modernen Jazzsprache, ist offen, aufmerksam und reaktionsschnell, respektvoll gegenüber dem Beispiel seiner Lehrer, aber jetzt, nach zehn Alben, bewegt er sich selbstbewusst in seine eigene Richtung. Entspanne dich und lass ihn dir eine Geschichte erzählen… (Brian Morton). Unter der Leitung des Musikproduzenten Ermanno Basso wurden im Februar 2019 Kurzgeschichten von Stefano Amerio im Artesuono Recording Studio in Cavalicco (UD), Italien, aufgenommen und gemischt und von Danilo Rossi gemastert.

18/10/2019medien-info.comadmin
Michel Reis Short Stories

È un disco in piano solo questo che Michel Reis registra per Cam Jazz dall’eloquente titolo “Short Stories”, perché questo sono le quattordici tracce che lo compongono: brevi storie, rapide istantanee poetiche sul mondo. La visione che Reis ci consegna è varia e multiforme così come lo è il vivere stesso e se è vero che il piano solo è cassa di risonanza dell’universo più intimo di un compositore, allora altrettanto variabile e sfaccettata è la sostanza che anima la sua musica. Nessuna astrazione, cui spesso indulgono i pianisti quando si trovano faccia a faccia con lo strumento nella solitudine di uno studio, a tu per tu con l’essenza della musica, piuttosto un saldo legame con la realtà che alterna delicatezza a leggeri moti, un dinamismo discreto e mai fuori luogo, ogni pezzo cucito su misura sulla storia che narra. Anche quei titoli che parrebbero forgiare concetti astratti trovano nella musica di Reis la concretezza dell’umanità, ad esempio “Gratitude”, sentimento che trova voce attraverso piccole pennellate timbriche, in una sorta di gentile timidezza, o nella suggestiva “Gravity and Lightness” che abbraccia un vocabolario contemporaneo meno immediato forse, eppure splendidamente efficace, o ancora “Awakening”, in cui sembra rivivere l’atmosfera di certo impressionismo. Sospeso tra melodie di accentuata cantabilità e il territorio della ricerca, che Reis mutua dai suoi “maestri di jazz”, il materiale sonoro è sempre mobile e mai scontato. Molte di queste tracce potrebbero considerarsi prototipo di moderne ballad destinate ad essere persino cantate e non a caso Brian Morton, che scrive le note di copertina di questo “Short Stories”, azzarda il titolo di “Somewhere Over the Rainbow” quale suggestione evocata nella track di apertura “Sunae II”. Inutile specificare che tutte le tracce sono a firma di Reis, fatta eccezione per “Eugène and Valentina Main Theme”, scritta insieme alla video artista Catherine Shin in cui la storia che si racconta evoca quella di un soggetto cinematografico e non solo nel titolo, ma nell’andamento generale del brano. Lo stile narrativo immediatamente materializza immagini. Reis si racconta e ci racconta senza riserve. “Goodnight”, la traccia di chiusura, è un arrivederci teneramente sospeso, come quello di chi socchiude delicatamente una porta e si volta a guardarci per conservare nella mente il ricordo del giorno appena finito. La bellezza della musica qui forse merita l’aggettivo disarmante dove lo intendiamo come qualcosa a cui ci si arrende per troppa bellezza e “Short Stories” è veramente un disco di disarmante bellezza.

17/10/2019pianosolo.itPaola Parri
Jazz Bonus: Michel Reis - Short Stories

“Short Stories” qui paraît chez Cam Jazz, est le 11ème album du pianiste luxembourgeois Michel Reis et le deuxième sur ce label. Le pianiste Michel Reis s'est imposé ces dernières années comme un artiste de renommée internationale. Depuis 2005, il a sorti 10 albums en tant que leader et co-leader. Michel Reis a étudié le piano classique et jazz, la composition et la théorie dans son pays natal et à Boston avant de s’installer à New York pour plonger dans le monde du jazz professionnel. Il a collaboré avec des artistes tels que Joshua Redman, Vince Mendoza, Didier Lockwood, Richard Bona et bien d’autres. “Short Stories” de Michel Reis présente quatorze titres, dont 6 ont été soigneusement choisis à partir d'improvisations en studio, afin de proposer un album empreint autant d’une forme de composition musicale plus rigoureuse que d’une approche libre. Michel Reis nous conte des histoires qui existent à elles seules, tout en constituant, arrangées de cette façon, un ensemble sonore et formel. Au-delà de se produire sur scène, Michel Reis est également compositeur, arrangeur, orchestrateur et professeur de piano.

16/10/2019francemusiqueeditorial
Michel Reis Short Stories

Der luxemburgische Jazz-Pianist und Komponist Michel Reis kann auf mittlerweile zehn Alben als Bandleader zurückblicken. In der Internationalen Jazz-Szene hat er sich schon seit geraumer Zeit einen respektablen Namen gemacht. Mit “Short Stories” legt er nun ein Solo Piano-Album vor, mit dem man so nicht gerechnet hätte. Den Hörer erwartet eine Sammlung kleiner Geschichten, die an der Schnittstelle zwischen groovenden Momenten, klangvollen Ornamenten und jazziger Dramaturgie agieren. Die instrumentalen Collagen begeistern mit freier Improvisation und avantgardistischen Abentuern.

14/10/2019inmusicUte Bahn
Fantastische Solo-Pianokunst von Michel Reis

Der 1982 geborene luxemburgische Pianist und Komponist Michel Reis hat sich mit etlichen Alben als Bandleader seinen Weg in die internationale Jazz-Spitzenklasse gebahnt. Für Michel Reis Weg weisend ist: Kompositionen mit romantischen, geradezu elegischen Melodien führen zu einem Gesamtkunstwerk. Seine Musik zeichnet sich durch einen klaren melodischen Aspekt und einen sehr freien Zugang zu den Kompositionen aus. Nachdem er zuvor vor allem Trio- und Quartett-Alben eingespielt hat – seit 2005 zehn Alben als Leader und Co-Leader – kommt jetzt sein 11. Album auf den Markt. „Short Stories“ heißt die Solo-CD, die auf Anhieb gefällt. Michel Reis ist einer der interessantesten Vertreter der jungen Jazzlöwen bei unseren Nachbarn in Luxemburg. Die Pianistentradition Frankreichs hört man da ebenso raus wie die Raffinesse Bill-Evans’scher Harmonik mit perlender Fingerfertigkeit und tänzelnder Rhythmik. Dass sich Michel Reis das Mysterium der Improvisation mithilfe einer fundierten klassischen Ausbildung erschloss, meint man aus jedem Anschlag heraushören zu können. Nach Studien am Berklee College of Music in Boston sowie am New England Conservatory spielte der junge Luxemburger Pianist mit Legenden wie Joe Lovano, Danilo Perez, Dave Holland, George Garzone, Ran Blake, Frank Carlberg, Esperanza Spalding und Hal Crook. Genauso wie seine Freunde Marc Demuth und Paul Wiltgen zählt er zu denjenigen, die eifrig, beharrlich und mit Erfolg an einem neuen Vokabular des europäischen Jazz basteln. Zum Reinhören besonders empfehlenswert: „Gratitude“, „Road To Dilijan“ sowie „Gravity And Lightnes“. Mein Tipp: Sich hinsetzten und einfach nur zuhören. Dieser junge Tastenmann kann viele interessante Geschichten auf dem Klavier erzählen. Fabelhaft!

6/10/2019wegotmusic.deHerbert
Michel Reis: histoires d’un solitaire

Il y a pris goût en 2018 en enregistrant un album solo et live d'improvisations au Japon – un opus réservé au marché nippon. Aujourd'hui il remet le couvert: le pianiste Michel Reis présente ce jeudi soir au centre opderschmelz de Dudelange sa nouvelle galette «Short Stories». D'habitude, le musicien est bien entouré, que ce soit avec son trio Reis-Demuth-Wiltgen, voire son Michel Reis Quartet, cette fois-ci pourtant c'est en solitaire qu'il apparaît. Du moins presque, puisqu'il est toujours derrière son piano. «Cet instrument, c'est un véritable orchestre à lui tout seul. Être seul me permet de me concentrer encore plus sur l'instrument, l'interaction se limite à ma seule personne, plus besoin de composer avec d'autres musiciens. Cela devient donc forcément quelque chose de bien plus intime», précise le musicien, qui au-delà de ce nouveau projet, va poursuivre ses autres aventures communes. À l'été 2018, Michel Reis présente son idée d'enregistrer un album tout seul au label italien Cam Jazz – le même que pour le trio Reis-Demuth-Wiltgen. L'enregistrement a lieu à Cavalicco en février 2019. «En studio, même si on est bien entouré, on est encore plus seul que sur une scène de concert. Pour, Short Stories on a enregistré sans retouches, sans coupures. Seul, on n'a pas le droit de tricher ou de se tromper. Il faut se préparer tant techniquement que mentalement. Je crois qu'il y a encore cinq ans, je n'aurais pas été prêt», note le musicien aujourd'hui âgé de 37 ans. Ce n'est qu'en quelques mois donc que Michel Reis a élaboré ce projet et composé les titres de son opus. «J'ai absolument besoin de délais à respecter, de buts à atteindre. Les deadlines sont mes meilleures amies.» C'est pourquoi le pianiste, qui est aussi compositeur, s'inflige une sévère discipline. «Pour écrire, je m'impose des heures fixes, je m'installe dans mon bureau et je travaille. Ce n'est peut-être pas très romantique, je l'avoue, mais c'est ma manière de faire et cela marche.» Pour Michel Reis, la composition doit «garder quelque chose d'artisanal». Le logiciel de composition Sibelius est certes un bon outil de travail, mais pas question de faire l'impasse sur le papier à musique, insiste Michel Reis. Hormis le titre «Eleni» – dédié à la compositrice Eleni Karaindrou – l'album «Short Stories» ne comporte que des compositions et deux improvisations récentes. «From The Eyes of Old», «How It All Began...», «Monologue», Gratidude», «Awakening», les titres restent quelque peu énigmatiques. Et chaque composition raconte une histoire, reflète une émotion, une idée, une image. «En fait tout m'inspire dans mon travail d'écriture. Mais n'est-ce finalement pas le but de toutes les musiques de raconter une histoire», se demande le pianiste-compositeur, qui avec ses «Short Stories» prend ses distances avec l'étiquette de «jazzman» qui lui colle à la peau. «Le jazz a toujours transgressé les frontières. Ce qui compte avant tout pour moi ici, c'est la sonorité et le toucher du piano. Cet album est aussi une forme de distillation de différents éléments qui m'influencent.» Pianiste de formation classique au départ, Michel Reis se refuse à toute forme de virtuosité instrumentale corroborée de larges et imposants effets sonores. «Je suis un grand fan des choses simples, aussi au piano», se défend l'artiste. Très souvent, les parties piano de l'album sont d'une étonnante limpidité et d'une simplicité presque enfantine. Au profit d'effets des plus réussis. L'héritage jazz de ces «Short Stories», n'est en rien esquivé, mais enrichi d'éléments les plus complémentaires. Jouant avec les différentes tessitures de son instrument, – «les 88 touches du piano offrent des possibilités infinies» –, Michel Reis crée des ambiances sonores, qui oscillent à maintes reprises entre les extrêmes aigus ou graves. Avec une prédilection pour les sons mystérieux, sombres et ténébreux. «J'aime ces couleurs». Après Dudelange ce soir, Michel Reis va bientôt repartir en tournée avec ses deux complices Marc Demuth et Paul Wiltgen, et continuer de donner des cours de piano jazz au Conservatoire de Luxembourg. Mais aussi retourner aux États-Unis, où il a vécu durant 16 ans. «Même si à l'avenir je serai plus souvent au Luxembourg que les dernières années, j'ai encore et toujours besoin d'être ici et là-bas.»

3/10/2019Luxemburger WortThierry Hick
Michel Reis : “je suis l’opposé de l’artiste inspiré et romantique…”

On le connaît en trio ou en quartet, mais rarement en solo. Le pianiste luxembourgeois Michel Reis se met pourtant «à nu» dans Short Stories, nouvel album de quatorze délicatesses, qu’il présente jeudi à Dudelange. Entretien.
Short Stories, qui sort ce mois-ci, est déjà votre onzième album depuis 2005. Vous considérez-vous comme quelqu’un de productif?
Michel Reis: Oui, je pourrais même en faire plus, mais ça ne sert à rien car plus personne ne les achète (il rit). Disons que j’ai besoin de le faire, écrire la musique, m’exprimer, me préparer aussi, pour être prêt à m’installer en studio, enregistrer… Créer un disque, c’est comme un sculpteur qui s’attaque à une nouvelle œuvre ou à un écrivain qui part de la page blanche : c’est un projet aux multiples articulations, qu’il faut maîtriser.
À la base, toutefois, qu’est-ce qui inspire votre musique, la rend “nécessaire”, comme vous dites?
Beaucoup de choses peuvent m’influencer, notamment quand j’écoute les grands noms du classique ou du jazz. Ça me motive! Après, si j’écris tous les jours, je suis le genre de musicien qui fonctionne à la “dead line”. Elle est clairement mon moteur! Il me faut des objectifs temporels qui me poussent, m’obligent à rester en activité, sinon, pas sûr que je sois, justement, si productif.
En somme, vous êtes quelqu’un qui marche à la pression…
C’est ça! Je me fixe une date et je commence à travailler, et l’inverse n’arrive que rarement. Et cette méthode est identique quand je suis en trio ou en quartet : je me pose derrière mon bureau, le matin, et j’écris, ni plus ni moins. Autant dire que je suis à l’opposé de l’image de l’artiste inspiré et romantique…(il rit).
Vous composez donc comme ça, le stylo en main. C’est très pragmatique, ça ?
Encore une fois, oui, ce n’est pas glamour! D’abord, je mets tout sur le papier, et seulement après, je passe au piano. Il y a des choses qui changent, d’autres qui disparaissent… Ma démarche paraît académique, et elle l’est! Être musicien, c’est également un boulot.
Malgré tout, avoir une telle discographie derrière soi, est-ce un argument pour s’octroyer plus de liberté?
Oui, car on se pose moins de questions. L’expérience amène, par exemple, d’être plus cool quand on arrive en studio, et les personnes qui vous encadrent l’acceptent aussi plus facilement, surtout si elles vous connaissent. Être habitué à un studio, à un instrument, à un producteur, à un label, oui, ça aide! Même si au final, la liberté n’est jamais totale, que l’on évoque le choix des titres qui figureront sur l’album, certaines orientations esthétiques… On n’est jamais totalement maître d’un projet. Après, ce qui est sûr, c’est que je me prends beaucoup moins la tête qu’avant sur mes morceaux. Il m’arrive même de les oublier assez rapidement.
On vous connaît en trio ou en quartet, mais rarement en solo. Ça vous fait quoi, là, de vous retrouver seul?
C’est différent, surtout quand on se pose des questions et que personne ne puisse y répondre! En studio, c’est spécial : on est avec soi-même deux jours durant, concentré, avec cette nécessité de ne pas vouloir se précipiter, car au final, ça se verrait. En concert, le solo est aussi une expérience à vivre. On n’est plus protégé, on ne peut plus se laisser aspirer par les autres… Bref, on est à nu! Ça peut être intimidant, ça peut faire peur, mais cette avancée sur le fil, ça a aussi son charme.
Construire un album en solo, est-ce plus facile qu’à plusieurs?
En trio, tout prend plus de temps, car il faut soigner les arrangements, essayer si ça marche, même si cette recherche permanente d’équilibre est intéressante, collectivement parlant. En quartet, en tant que leader, mes choix s’imposent plus naturellement. Je me sens plus libre, plus légitime d’être au centre du projet. En solo, on est dans l’ordre du combat : il faut savoir tirer le maximum de son piano. C’est un geste plus spontané. Si j’ai envie de changer le tempo, les formes d’un morceau, je n’ai besoin d’avertir personne, et de savoir s’ils comprennent où je veux en venir (il rit).
Quel est votre rapport au piano?
C’est ma meilleure copine, que je fréquente depuis de nombreuses années. C’est un outil, aussi, derrière lequel j’adore me poser.
Le site spécialisé All About Jazz parle de vous comme un “musical story teller”. Qu’est-ce que ça signifie, pour vous?
(Il souffle) C’est, je pense, ce qu’essaye de faire chaque musicien : raconter des histoires, qui elles-mêmes sont réappropriées par les auditeurs. Oui, la musique, c’est un échange d’émotions, une forme assez simple de poésie. Et quand on est seul, forcément, il y a un aspect autobiographique qui s’impose.
Justement, ces Short Stories, elles racontent quoi?
Elles sont comme des chapitres, des parties dans un livre, qui s’articulent entre elles. Elles sont à voir comme un tout.
Et prises à part, quelles paroles pourrait-on mettre dessus?
Difficile à dire car je ne suis pas un bon parolier!
Vous esquivez surtout la question…
(Il rit) Ces Short Stories, c’est un ensemble de sentiments, et pas forcément palpables. On y trouve de l’amour, de la colère, des questionnements sur le temps qui passe… Bref, ce qui fait le sel de toute chanson. Dans l’une d’elles, encore, je rends hommage à une compositrice que j’adore, Eleni Karaindrou. Voilà. Vous n’en saurez pas plus!
Comment définiriez-vous ces 14 chansons? Peut-on parler d’ambiance cinématographique?
Oui, ce n’est d’ailleurs pas la première fois que cette référence accompagne ma musique. J’adore le cinéma et je serais flatté si un réalisateur emprunterait ma musique. J’ai toujours été un grand fan des anciens compositeurs, comme Jerry Goldsmith, Bernard Herrmann, John Williams, Ennio Morricone… Les plus jeunes me plaisent moins, car j’ai un esprit “old school”. J’ai plus d’estime pour ces personnes qui portaient leur projet toutes seules que pour les nouvelles fabriques hollywoodiennes, où derrière chaque musique, on trouve 25 compositeurs…
Short Stories pourrait accompagner quel film, alors?
Ça, c’est difficile à dire. Tout sauf un film d’action (il rit) !

2/10/2019Le QuotidienGrégory Cimatti